Ils utilisaient des singes pour voler leurs victimes

Le duo a été arrêté après qu’un homme, un avocat, s’est plaint auprès d’officiers de police que trois hommes avec des singes l’avaient encerclé et dévalisé de 6 000 roupies (67,50 euros), a expliqué un responsable à l’AFP. Un peu partout à travers le pays, les autorités sont confrontées à la menace que représentent les singes dans les principales villes, où ils n’hésitent pas à entrer dans les logements en quête de nourriture.

Mais selon une loi de 1972, il est interdit de les capturer. «La victime était à bord d’un rickshaw motorisé, les hommes sont montés à bord et ont demandé à un singe de s’asseoir sur le siège avant, un autre à l’arrière», a détaillé le responsable, «ils ont pris l’argent que l’avocat avait dans son portefeuille et se sont enfuis avec les singes».

Des attaques plutôt fréquentes

La police soupçonnait un gang d’être derrière d’autres attaques du même type et une équipe a été spécialement créée afin de rechercher les responsables. Deux suspects ont finalement été arrêtés jeudi à un arrêt de bus, avec leurs complices à poils, tandis que le troisième a toutefois pu s’enfuir. Les singes ont été déposés dans un centre de secours pour animaux.

Des singes sont régulièrement entraînés pour réaliser des animations dans les rues du pays et des attaques de résidents par des groupes de primates ne sont pas rares. En 2020, dans la ville de Meerut (nord), un groupe de singes a ainsi attaqué un responsable médical et arraché des échantillons sanguins appartenant à des patients testés positifs au Covid-19.

(L’essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur [email protected] Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

Les derniers commentaires

Source link

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*