Ces amies ont découvert qu’elles étaient… sœurs

Ces amies ont découvert qu’elles étaient… sœurs

Quand Julia et Cassandra se sont rencontrées en 2013, sur leur lieu de travail, le courant est tout de suite passé entre elles. Employées d’un bar à New Haven (Connecticut), les deux femmes aujourd’hui âgées de 31 et 32 ans ont réalisé qu’elles avaient beaucoup de points communs. Toutes deux s’étaient par exemple fait tatouer le drapeau de la République dominicaine, leur pays d’origine où elles avaient été adoptées. Rapidement, Julia et Cassandra ont lié une forte amitié.

«Nous avons commencé à porter les mêmes vêtements, à nous éclater ensemble et à dire à tout le monde que nous étions sœurs», racontait Cassandra, fin janvier, sur Facebook. Intriguées par leur ressemblance, les deux amies ont comparé leurs documents d’adoption, mais ils ne correspondaient pas. Qu’à cela ne tienne, Cassandra et Julia étaient convaincues qu’elles avaient un lien particulier et sont restées en contact quand la première a déménagé en Virginie en 2015.

«Même maman, même papa!»

Tout s’est finalement illuminé au début de cette année pour les deux copines, quand Cassandra a retrouvé son père biologique via un test ADN. Lors de sa rencontre avec lui en République dominicaine, la jeune femme a appris qu’elle avait six frères et sœurs. Encouragée par son amie, Julia s’est soumise à son tour à un test ADN et le résultat a confirmé ce qu’elles ressentaient depuis toujours: elles sont bel et bien sœurs. «Même maman, même papa! Juste deux filles qui travaillent ensemble et qui découvrent qu’elles sont sœurs. Je t’aime, jumelle!» a exulté Cassandra sur le réseau social.

READ MORE  Fußball-Länderspiel gegen Katar findet nicht in Wien statt

Selon Good Morning America, les deux femmes pensent que les papiers d’adoption de Julia ont été mélangés avec ceux d’une de ses amies d’enfance, ce qui expliquerait pourquoi les documents ne correspondaient pas à ceux de Cassandra. «Ce genre de truc n’arrive qu’à la télé. Je n’avais jamais pensé à chercher ma famille biologique. J’ai grandi dans une famille géniale et j’avais accepté tout ça», confie Julia. Une fois n’est pas coutume, Cassandra voyait les choses autrement: «J’ai toujours voulu retrouver ces gens. J’étais prête à mourir en essayant de le faire», conclut-elle.

(L’essentiel/joc)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

READ MORE  La boîte de production de «Dropped» jugée
Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur [email protected] Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Source link

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*