Le chef assure qu’aucun ministre n’y a participé

Le chef assure qu’aucun ministre n’y a participé

Le cuisinier Christophe Leroy, soupçonné d’avoir organisé des repas clandestins luxueux à Paris en pleine pandémie, a affirmé jeudi par la voix de son avocat que ces agapes étaient légales et qu’aucun ministre n’y avait participé.

Lors de la perquisition menée mercredi à son domicile parisien, Christophe Leroy «a pu remettre un certain nombre de documents établissant que les prestations qu’il a effectuées l’ont été, comme la loi l’autorise, dans des domiciles privés et non pas dans des établissements recevant du public (ERP) de type restaurant», indique Me Thierry Fradet dans un communiqué.

«En tout état de cause et contrairement à ce qui a été affirmé de manière peu professionnelle, aucun membre du gouvernement n’a participé aux repas», ajoute-t-il, dénonçant un «mauvais procès» à l’encontre de son client.

De «l’humour»

La diffusion vendredi d’un reportage par M6 sur des dîners clandestins fastueux à Paris a déclenché une vive polémique, un des organisateurs affirmant avoir «dîné dans la semaine dans 2/3 restaurants clandestins» où il aurait croisé «des ministres».

READ MORE  37 entraîneurs bannis pour avoir exploité un bug

Le reportage faisait notamment état d’un dîner au Palais Vivienne, situé dans le centre de Paris, «autour d’un menu caviar et champagne» au prix de «220 euros par personne» concocté par le cuisinier. Depuis, Pierre-Jean Chalençon, propriétaire du Palais Vivienne, est revenu sur ses déclarations, en expliquant avoir voulu faire de «l’humour».

Le reportage a enflammé les réseaux sociaux, provoqué des réactions de la classe politique et entraîné l’ouverture d’une enquête, au moment même où la France, sous couvre-feu nocturne depuis plusieurs mois, renforçait ses mesures sanitaires face à un nouveau rebond de l’épidémie de Covid-19.

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a déclaré mardi qu’à sa connaissance, aucun ministre ne participait à de tels dîners de luxe clandestins et il a pourfendu une rumeur qui «sape les fondements de la démocratie».

(L’essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

READ MORE  Voici la nouvelle compagne du prince Louis
Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur [email protected] Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Source link

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*