Cuomo accepte une enquête indépendante

Cuomo accepte une enquête indépendante

Les appels à une enquête indépendante sur les accusations de harcèlement sexuel visant le gouverneur de New York Andrew Cuomo sont montés d’un cran dimanche, poussant le puissant élu démocrate à accepter de ne pas désigner lui-même la personne qui sera chargée des investigations.

Plusieurs personnalités, dont la jeune star démocrate du Congrès Alexandria Ocasio-Cortez ou la sénatrice d’Hawaii Mazie Hirono, ont estimé dimanche matin que l’enquête sur les agissements du gouverneur devait être menée par la procureure de l’État, Letitia James, et non par une ex-juge fédérale qu’avait désignée lui-même samedi Andrew Cuomo.

La procureure – dont beaucoup pensent qu’elle pourrait briguer le poste de gouverneur lors de la prochaine élection prévue fin 2022 – est aussi intervenue, pour demander à Andrew Cuomo – qui doit lui en donner l’autorisation – de lui confier le dossier «immédiatement».

Des accusations «extrêmement graves»

Dans un communiqué, une conseillère juridique du gouverneur a indiqué que ce dernier, au pouvoir de l’Etat depuis dix ans, acceptait de revenir en arrière – sans pour autant confier l’enquête directement à Letitia James.

«Nous voulons éviter ne serait-ce que l’impression d’un manque d’indépendance et d’interférence politique, a indiqué la conseillère Beth Garvey. Nous avons donc demandé à la procureure de l’Etat et au chef des juges des cours d’appel de sélectionner ensemble un avocat indépendant, privé, sans affiliation politique.»

Le bureau du gouverneur a indiqué qu’il ne «ferait plus de commentaires jusqu’à la remise du rapport» d’enquête.

Andrew Cuomo, 63 ans, qui fut une vedette en 2020 pour sa gestion de la pandémie, semble désormais très fragilisé et cette concession pourrait ne pas suffire à calmer le jeu. Alexandria Ocasio-Cortez a jugé dimanche les accusations le concernant «extrêmement graves et difficiles à lire».

La porte-parole de la Maison-Blanche, Jen Psaki, a elle aussi plaidé pour «un examen indépendant des allégations». Elle a rappelé que le président Joe Biden «pense que chaque femme devrait être écoutée, devrait être traitée avec respect et dignité».

Une des ex-conseillères économiques du gouvernement new-yorkais, Lindsey Boylan, 36 ans, l’a accusé mercredi en détail, sur un blog, de l’avoir harcelée sexuellement lorsqu’elle travaillait pour son administration, de 2015 à 2018.

Elle a affirmé qu’Andrew Cuomo l’avait embrassée sur la bouche de façon non sollicitée, suggéré qu’elle joue avec lui au «strip poker» et «multiplié les efforts pour (lui) toucher le dos, les bras, les jambes».

Samedi, c’est une ex-conseillère pour la santé de 25 ans, Charlotte Bennett, qui a affirmé au «New York Times» que le gouverneur lui avait fait des avances au printemps 2020. Andrew Cuomo a formellement démenti ces deux accusations.

(L’essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur [email protected] Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Source link

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*